L.V. Beethoven "Symphonie n ° 9": histoire, vidéo, faits intéressants, écoute

Ludwig van Beethoven "Symphonie n ° 9"

La neuvième symphonie est le testament idéologique de Beethoven, un appel ardent à toute l'humanité. L’idée de créer une œuvre de cette envergure a été répandue tout au long de la vie du compositeur. La musique apporte une réponse exhaustive aux questions de l'univers, elle possède une propriété étonnante d'être en dehors du temps historique. L'unicité de la mise en œuvre de la finale, sa solution originale est obtenue en incluant le cantona "Ode to Joy". Apprenez des faits intéressants, familiarisez-vous avec l’histoire de la composition, écoutez de la musique selon les meilleures interprétations et lisez la revue musicale de l’œuvre sur notre page.

Histoire de la création

En 1785, l'œuvre de Schiller «Ode to Joy» est apparue, appelant les gens à s'unir et à se rassembler. C'était le reflet de l'époque révolutionnaire où les gens voulaient créer une nouvelle société et améliorer leur vie. L'écriture portait non seulement une signification culturelle générale, mais aussi une signification sociale. En conséquence, cette œuvre particulière a attiré l'attention de l'un des compositeurs les plus titrés de notre époque, Ludwig van Beethoven. À partir du moment où il a lu l'ode pour la première fois, le créateur s'est fixé pour tâche de créer une œuvre véritablement grandiose. Les premiers croquis sont datés de 1809 ans. Huit ans plus tard, le compositeur a décidé d'écrire un scherzo pour symphonie.

Le travail sur la création a été lent, Ludwig l'a constamment mise de côté. Le processus d'écriture a accéléré la commande entrante de la London Symphony Society. Le compositeur fut alors aimé en Angleterre et projeta même de s’installer progressivement dans le pays brumeux d’Albion. Mais la situation financière ne lui permettait pas de mettre en œuvre leurs propres intentions. Il est resté en Allemagne. En juillet 1823, Beethoven voulait créer deux œuvres distinctes: la Neuvième Symphonie et l'œuvre de la chorale "Ode to Joy". Mais en composant, le compositeur s'est rendu compte qu'il était nécessaire de combiner des matériaux musicaux. La synthèse de la musique instrumentale et chorale dans la pratique symphonique est une rareté extraordinaire pour la modernité de Beethoven. Heureusement, le risque était justifié. La première, qui a eu lieu le 7 mai 1824 dans l'un des théâtres à la mode de Vienne, a été un succès retentissant. La salle applaudit, les applaudissements ne finirent jamais. Dommage que l'auteur n'ait rien entendu. Quelques minutes après que les derniers accords ont retenti, Beethoven ne s'est pas tourné vers la salle. Selon la légende, une des filles du choeur l'a approché et lui a montré de se tourner vers le public. L'auteur a vu quelle impression la symphonie donnait aux gens. Un public reconnaissant jeta ses chapeaux en l'air, certains pleurant de bonheur. Le rêve de Beethoven est devenu réalité, la musique a réussi à unir les gens, à les rallier. N'est-ce pas la meilleure gratitude pour le créateur?

Faits intéressants

  • Bien que la symphonie ait une nouvelle fois confirmé le génie de l'auteur et ait été reconnue par le public, elle n'a pas apporté beaucoup de ressources matérielles. Le grand Beethoven a à peine réussi à joindre les deux bouts. Parfois, il ne sortait même pas, car ses chaussures étaient usées depuis longtemps.
  • L.N. Tolstoï n'a pas compris la créativité du classique viennois. Dans son essai, l'écrivain, argumentant sur le thème "Qu'est-ce que l'art?", A pour titre "Symphonie 9", une mauvaise oeuvre non liée à l'art.
  • Après Beethoven, de nombreux compositeurs ont eu peur de composer des symphonies portant le numéro 9. Puisqu'il y avait une superstition selon laquelle, après avoir écrit une symphonie portant le numéro 9, le compositeur allait bientôt mourir. Après la mort de Beethoven, des compositeurs célèbres, à savoir Franz Schubert, Antonín Dvořák, Anton Bruckner, ont été victimes d’une «malédiction». On pense que ce lien entre le numéro de la symphonie et la fin du chemin a été suivi par le célèbre compositeur Gustav Mahler, qui a lui aussi quitté le monde après la neuvième symphonie, sous-titrée "Chanson de la Terre". Schoenberg a estimé que ceux qui écrivent la 9ème symphonie sont trop proches des limites de l'autre monde. La superstition existe toujours et beaucoup de compositeurs en ont peur.
  • Le chef d'orchestre était dirigé par le chef d'orchestre et chef I. Umlacf, connu à l'époque. Beethoven se tenait à proximité et indiquait le rythme. Les orchestrants n’ont pas appris le nouveau travail très bien, mais même une attitude négligente à l’égard du travail novateur n’affectait pas le public, ils étaient ravis de la création.
  • La partie IV, à savoir «Hymne à la joie», est utilisée comme «hymne de l'Union européenne».
Загрузка...

  • La durée totale de rédaction du concept à la mise en œuvre était d'environ 15 ans.
  • L'écriture est dédiée au roi de Prusse Friedrich Wilhelm. La personne royale n’a pas participé à la première et les sièges les plus chers de la salle de concert sont restés vides. Le spectacle du compositeur n’a donc pas porté ses fruits et les honoraires ont été négligeables.
  • Lors du développement d'un CD, Phillips a spécialement augmenté sa taille afin que les enregistrements audio d'un cycle symphonique soient placés sur le support. La durée de la symphonie est de 74 minutes.
  • Selon la tradition, au Japon, la veille du jour de l'an, la symphonie de Beethoven est jouée.

Le contenu

La neuvième symphonie (d-moll) est la couronne des Lumières. La classicité se manifeste principalement dans la forme cyclique traditionnellement vérifiée, composée de quatre parties:

  1. Allegro ma non troppo, un poco maestoso (d-moll)
  2. Molto vivace (d-moll)
  3. Adagio molto e cantabile (B-dur)
  4. Presto (d-moll - D-dur)

Les clés sélectionnées ne sont pas aléatoires. D mineur est considéré comme la personnification du chagrin et de la peine. Progressivement, la tension est dissipée par l'apparition du si bémol majeur, qui marque et symbolise la foi, l'espoir et l'amour comme support de tout ce qui est en ce monde. La composition grandiose se termine par une joie en ré majeur, qui est habituellement liée aux notions de joie, de bonheur et de vie.

L'innovation de Beethoven est l'introduction de la musique vocale dans la composition instrumentale. La symphonie classique élargit donc ses frontières, se transformant progressivement en cantate. De nombreux chercheurs musicaux considèrent l’œuvre finale de Beethoven comme une «masse» relatant l’Ancien Testament. L'œuvre a été composée parallèlement à la messe solennelle et est liée à celle-ci par des liens inséparables.

Première partie peint une image de la création du monde. Les instruments ne semblent pas clairs, comme si l'orchestre commençait tout juste à être accordé. Les intonations de quinte sonnent à la fois vides et tonales. Peu à peu, à partir de l'introduction, le thème en relief, en pointillé, de la fête principale est né. En arrivant au sommet, elle tombe dans l'abîme de l'intonation. Humeur vague, orageuse continue de croître. Il y a une lutte interne, les nuages ​​se rassemblent, la texture est compactée. Comme un rayon de lumière perce un lot secondaire. Le monde des paroles contient des matériaux futurs pour créer le thème de la joie. Le point culminant de la première partie est un dernier lot affirmatif et clair. C'est une variante du parti principal, mais une détermination substantiellement transformée, remplie d'une force de vaincre. En finale, la dernière partie se résume à un développement spontané et incontrôlé. Tout change, se transforme. La lutte et le processus de formation s’accompagnent de moments forts et de récessions rapides. Les codes des codes sont ambigus: la marche de deuil sur fond de gamma descendant dans le chromatisme, symbole de la figure katabasis, est remplacée par le thème principal qui termine la partie de manière affirmative.

Deuxième partie C’est un scherzo unique au travail de Beethoven. Il sent une pulsation sans fin de la vie. La musique dessine la vie comme un être heureux au paradis. La base de cette partie est le thématisme genre-quotidien, qui a un support sur les intonations de chanson et de danse. Interprétation inhabituelle de la forme traditionnelle en trois parties, en tant que sonate. La polyphonicité se manifeste le plus clairement sous la forme de fugato. Le monde figuratif de la pièce prépare l'apparition du thème de la joie.

Troisième partie - C'est une musique étonnamment profonde et réfléchie. La philosophie de la partie lente ouvre le monde des âmes à l'auditeur. Il règne une atmosphère architecturale lumineuse qui repose fondamentalement sur deux thèmes éclairés. Le premier thème semble sans fin. Il se développe de manière variable, et chaque variante est particulièrement raffinée. Le deuxième thème semble flotter, tournant dans une valse. La danse s’affaiblit progressivement et, déjà dans le code, elle s’introduit brusquement, perturbant l’harmonie, le son de fanfare. Ceci rappelle que la perfection n’a pas encore été atteinte. L'idée d'unification ne s'est pas encore concrétisée.

Mise en oeuvre originale les finales. Beethoven semble essayer de reproduire brièvement le matériel des parties précédentes. Fanfare Horror, ouvrant le rideau de la quatrième partie - en tant que symbole du rock, fantôme de l'introduction de la première partie, il poursuit les intonations scherzo de la seconde et revient au doux son de l'adagio. Enfin, le matériel en préparation sur le sujet de la joie est en cours de développement. Le son léger et transparent des instruments à vent en bois est établi et se transforme progressivement en un timbre plus juteux et plus bas des violoncelles. La variation de la chaîne croît avec une progression géométrique, menant à un point culminant. Mais la voix a été brisée par l'invasion de fanfare d'horreur. Le thème de la joie est exposé dans la partie basse solo. La photo de la célébration est reprise par un choeur retentissant. Le thème «Embrasser des millions!», Qui sera magistral en termes de polyphonie combinée au thème de la joie, sonne particulièrement bien.

Ce n’est pas un hasard si l’introduction du texte dans une symphonie, car c’était au début le mot. Comme l'art, le mot aide à unir les gens. Cantate "Ode à la joie"inclus dans le cycle symphonique, c'est un hymne à grande échelle de l'esprit humain.

L'utilisation de la musique au cinéma

La neuvième symphonie combine des effets polaires. Pour que l'intensité émotionnelle puisse être remplacée par le calme et la paix, l'héroïsme cède le pas aux moments lyriques, la musique profane a par définition des caractéristiques prononcées de la musique religieuse. La polyvalence du matériau musical vous permet de créer une atmosphère propre à l'art du cinéma. Cela détermine et explique la popularité de 9 symphonies dans les films contemporains.

  • Les Simpson (2017)
  • Maison de papier (2017)
  • Histoire de fantômes (2017)
  • Sherlock (2017)
  • Jeunes criminels (2016)
  • Livre de recettes de l'alchimiste (2016)
  • Noël (2015)
  • La famille Fang (2015)
  • La dame au fourgon (2015)
  • Piège pour le casting (2015)
  • L'expérimentateur (2015)
  • Supernatural (2012)
  • Livre de vie (2014)
  • John Wick (2014)
  • Quai d'Orsay (2013)
  • Chanson pour Marion (2012)

Dans sa jeunesse, le jeune Beethoven a sérieusement expliqué comment il cherchait à servir l'humanité avec son art. À un âge plus avancé, lorsque de nombreuses œuvres philosophiques ont été étudiées, le compositeur est parvenu à la conclusion que l’union de l’art. Mais il n’avait pas besoin de mots, tout était dit en musique. La neuvième symphonie est un message à l'humanité. Cette musique est éternelle. L'art de Beethoven était de servir le peuple. Au fil du temps, sa musique est devenue le porteur de l'idée idéale d'égalité et de fraternité de millions de personnes.

Загрузка...

Laissez Vos Commentaires