P.I. Tchaïkovski "Saisons": histoire, vidéo, écoute, contenu

P.I. Tchaïkovski "Saisons"

"The Seasons" n'est pas simplement un cycle de brillantes pièces caractéristiques que presque tout le monde connaît depuis son enfance. C’est un véritable journal intime du compositeur, où il a soigneusement écrit pour lui tous les épisodes mémorables et coûteux, d’étonnantes images de la nature. Voici des peintures urbaines intimement liées de la vie, de la vie rurale, des espaces sans fin et des sentiments. Ce qui distingue le cycle de piano du maestro des autres œuvres similaires.

Histoire de la création

L’émergence du célèbre cycle de Pyotr Ilyich Tchaikovsky est directement liée au magazine Nouvellist, qui a commencé son activité en 1842. Cette édition a présenté aux lecteurs toutes les innovations du monde de la musique, les œuvres de compositeurs nationaux et étrangers. Pyotr Ilitch a collaboré avec succès avec le journal depuis 1873, année où il a écrit plusieurs œuvres vocales destinées à la publication. En novembre 1875, l'éditeur de la revue N. M. Bernard se tourna vers Tchaïkovski pour lui demander de composer un cycle de pièces de théâtre et lui promit des honoraires très décents.

L'éditeur a immédiatement suggéré au compositeur les noms des pièces de théâtre, déterminant ainsi le programme des œuvres. En décembre 1975, ils publièrent dans le même journal une annonce dans laquelle ils s'engageaient à faire connaître au lecteur le travail original de Tchaïkovski, en énumérant les titres des pièces.

Il n'y a pratiquement aucune information sur le processus d'écriture d'un cycle, nous savons seulement qu'à cette époque, Pyotr Ilitch était dans la capitale. À la mi-décembre 1875, le maestro écrit dans sa lettre à Bernard qu'il était profondément préoccupé par le fait que les pièces pourraient être longues et ennuyeuses. Cependant, les doutes de Tchaïkovski ont été vains, car les œuvres étaient appréciées de Bernard et elles ont été publiées juste à temps.

Quand les pièces furent prêtes et publiées dans le "Nouvelliste", Bernard leur ajouta des épigraphes poétiques afin de mieux révéler l'intention du compositeur.

Le nom "Seasons" lui-même est apparu pour la première fois à la fin de 1876, lorsque le cycle complet a été publié. Dans toutes les éditions ultérieures, ce titre a été conservé. Cependant, Bernard a fait sa part, en ajoutant une explication de "12 images caractéristiques" au titre.

Le 13 décembre, Pyotr Ilyich envoya les deux premières pièces à l'éditeur et commença immédiatement les préparatifs en vue de leur publication dans un magazine publié tous les mois. Ainsi, dans chaque numéro, les compositions du compositeur devaient être présentées, ce qui l’ouvrait, à l’exception du neuvième numéro. Dans ce numéro, le premier a présenté le travail de V. Glavach - l’auteur permanent de la publication. Dans le même numéro, il était indiqué que tous les abonnés recevraient les douze pièces de théâtre de Tchaïkovski en une édition à la fin de l'année, en guise de bon bonus. Ainsi, tout le cycle a vu le jour à la fin de 1876.

Malheureusement, il n'y a aucune information sur la manière dont les critiques ont accepté la nouveauté de Tchaïkovski et sur le lieu où les pièces ont été jouées pour la première fois. Cependant, la reconnaissance du public ne s'est pas fait attendre. Bientôt, ce cycle est devenu extrêmement populaire parmi les interprètes, amateurs et professionnels.

Faits intéressants

  • Le compositeur a reçu à l’avance les noms des douze pièces, mais il a quand même intitulé certaines d’entre elles indépendamment. Ainsi, la miniature "Harvest" a été désigné comme Scherzo, et "temps de Noël" - Valse. Par la suite, ces sous-titres ont été supprimés par d’autres éditeurs.
  • Tchaïkovski n'est pas le seul compositeur à avoir écrit le cycle "Les saisons". Antonio Vivaldi, qui a composé 4 concerts à cordes correspondant à différentes saisons, a déjà abordé ce sujet. Astor Piazzolla a écrit un cycle de quatre pièces faites dans le style du tango. Le compositeur Grigor Akhinyan a créé le cycle de danse "The Seasons". En outre, il existe un grand nombre de ballets du même nom, ainsi que l'oratorio de J. Haydn.
  • Il existe également des cycles de saisons en peinture (Nicolas Poussin, Giuseppe Archimboldo). Francesco Sozzi a créé un cycle de fresques correspondant aux saisons et Marc Chagall a créé une mosaïque.
  • White Nights est une image qui a toujours attiré l'attention des créateurs. Les artistes et les poètes russes ont chanté leur romance dans leurs œuvres. F. Dostoevsky a écrit l'histoire "Les nuits blanches".
  • Dans l'une des pièces, Tchaïkovski montre l'image romantique de Saint-Pétersbourg. Beaucoup l'a connecté avec cette ville. C'est ici qu'il a connu son triomphe et a été reconnu par le public.
  • Dans la première moitié du 19ème siècle, les barcarols sont devenus très populaires dans la musique russe. Ils sont fermement entrés dans les paroles russes, ainsi que dans la poésie et la peinture.
  • Le cycle de piano de Tchaïkovski a été exécuté par de nombreux pianistes célèbres, tels que Svyatoslav Richter, Andrei Nikolsky, Mikhail Pletnev.
  • Le Festival de la dentelle, qui s'est tenu à Vologda (2016), a réussi à conquérir le public car il a immédiatement présenté six versions de la pièce Autumn Song du cycle.
Загрузка...

Le contenu

La collection Seasons contient 12 petites pièces qui correspondent à tous les mois de l'année. Très précisément, le compositeur a transmis non seulement la nature dans toute sa splendeur, mais également l’état de l’homme, le monde des sentiments qu’il associe à cette saison. Parfois, les mots ne sont même pas nécessaires pour comprendre ce que l'auteur a voulu exprimer exactement dans ce travail. La musique est très brillante et compréhensible parle pour lui-même.

"Au coin du feu" - la première pièce de la collection, qui montre le mois de janvier. La cheminée s'appelait la cheminée russe, qui était pratiquement dans chaque maison et rassemblée autour de soi tous les sept soirs d'hiver. S'il s'agit d'une hutte paysanne, ils chantent nécessairement des chants, des dentelles, si c'est un noble, alors ils jouent principalement de la musique ou lisent. Musique calme et paisible, ainsi que des motifs mélodiques individuels, comme si vous transmettiez un discours tranquille. En écoutant cette pièce, vous pouvez facilement imaginer comment les gens assis près de la cheminée regardent pensivement les flammes du feu et parlent. La deuxième partie est quelque peu différente de la première et de la troisième, elle est plus excitée et vive.

"Au coin du feu" (écouter)

Dans la deuxième pièce "Maslenitsa" Devant le public, une image des festivités folkloriques se dévoile. La semaine de carnaval se termine invariablement par une célébration, programmée pour la réunion de printemps. À l'aide de sons musicaux, le compositeur a véhiculé une foule ambulante, des danseurs et des instruments sonores. Une miniature est très intéressante, elle consiste en de petites images qui se remplacent rapidement, mais le premier thème revient constamment. L'image d'une fête nationale avec tous les attributs de confiance apparaît très clairement et vivement aux auditeurs.

"Maslenitsa" (écouter)

"Alouette". Qu'est-ce que les gens associent le plus souvent au début du printemps? Bien sûr, avec le chant des oiseaux, c’est l’alouette qui a longtemps été considérée comme un oiseau de printemps, et son chant symbolise l’apparition de la chaleur tant attendue en mars. Toute la nature se réveille de l'hibernation. Dans cette pièce triste et rêveuse, le compositeur a très bien décrit le chant des oiseaux au moyen d'images sonores. Le travail est étroitement lié à deux thèmes différents qui, entre-temps, sont unis par des trilles. L'un d'eux est lyrique, mélodique, l'autre est large, avec de grandes hauteurs.

"Alouette" (écouter)

"Perce neige". Le soleil du printemps se réchauffe, les oiseaux chantent et il est temps de fleurir les premières fleurs du printemps. Les perce-neige apparaissent dès que le froid diminue et que la neige fond. Cette pièce exprime toute l'excitation et l'émerveillement qui accable une personne de contempler le paysage. Ce n'est pas surprenant, car non seulement la nature s'éveille au printemps, mais aussi les sentiments humains. Amour, espoir d'un avenir radieux - tout est beau en ce moment. Dans une musique jouée à un rythme de valse, ces émotions lumineuses sont transmises.

"Snowdrop" (écouter)

"Nuits blanches" Mai Des nuits blanches inspirées et inhabituellement poétiques à Saint-Pétersbourg, où l’air est enveloppé d’une incroyable atmosphère romantique, véhiculé dans cette pièce. L'atmosphère dans la musique est très changeante, dans laquelle les pensées lamentables cèdent brusquement la place à un plaisir incroyable. Tout cela se passe dans le contexte d'un paysage nocturne nocturne constant. La première partie est plutôt un rêve de bonheur, elle est construite sur des motifs courts qui véhiculent des soupirs. La deuxième section est plus passionnée. L'excitation dans l'âme augmente considérablement et se transforme en une course enthousiaste et joyeuse. La troisième section revient à calmer les rêves et l'humeur de rêve.

Загрузка...

"Nuits Blanches" (écouter)

"Barcarole". Juin À Venise, les Barcarolas étaient très répandus. Ce sont des chansons interprétées par des bateliers italiens. Ils étaient tous doux et mélodieux. La large mélodie de la première partie semble très expressive. Son accompagnement ressemble à un jeu de guitare, qui était assez traditionnel pour les barcarolis. Dans la partie centrale de l'ambiance est remplacé par un plus joyeux et excité. À la fin de la pièce, la musique s’arrête, comme si le bateau avec le chanteur s’éloignait peu à peu, se cachant derrière l’horizon.

"Barcarole" (écouter)

"Chant de la tondeuse". Juillet Tôt le matin, les tondeuses, armées de leurs outils, se sont rendues sur le terrain pour tondre le gazon. Dans le même temps, ils chantaient souvent des chansons de travail qui les aidaient dans leur travail. Dans une petite pièce de théâtre, Tchaïkovski a donné une image vivante de la vie du village. La mélodie principale elle-même traduit fidèlement l'intonation d'une chanson folklorique. Dans la vignette, il y a trois sections. Le premier et le troisième sont la chanson du travailleur elle-même, remplie d’amusement et d’énergie. La section médiane est quelque peu différente, semblable à la perte instrumentale.

"Chant de la tondeuse" (écouter)

"Moisson". Août À la fin de l'été, il était d'usage de récolter dans les champs et, dans la vie du paysan, ce fut l'une des périodes les plus importantes. Nous avons beaucoup travaillé sur le terrain, mais nous avions le temps de chanter. Une scène folklorique de la vie d'un paysan se déroule devant le public. La musique sonne vive et élevée. La partie centrale de la pièce est une petite digression lyrique qui dessine un paysage rural avec ses plaines et ses champs sans fin. C'est pour cette miniature que Tchaïkovski a présenté son sous-titre "Scherzo".

"Harvest" (écouter)

"Chasse". La vie russe du XIXe siècle ne peut être imaginée sans la chasse, qui faisait office de divertissement dans les domaines nobles. C'était son Tchaïkovski et elle était décrite dans cette pièce d'automne. Habituellement, la chasse était toujours bruyante, amusante, partout où l'on pouvait entendre les cornes de chasse et les chiens aboyer. Très magistralement, Peter Ilyich a utilisé des techniques sonores et visuelles dans cette pièce.

"Hunt" (écouter)

"Chanson d'automne". L’automne dans notre pays est toujours spécial, ce n’est pas pour rien que beaucoup de poètes, de peintres l’ont admirée, chantant dans leurs œuvres. Ceci est unique et sans comparer la beauté de la nature russe, scintillant de peinture dorée. Bien sûr, l’automne est également différent, quand une pluie sourde vous rend triste à propos du départ de l’été, et que la nature semble mourir. Pyotr Ilitch a essayé de traduire cette humeur dans son travail. Le jeu est au centre de tout le cycle. C'est comme un résumé de l'histoire. L'intonation du soupir, de la tristesse et de la nostalgie retentit dans la pièce. Seule la partie médiane, comme une lueur d’espoir, et une montée frémissante résonne, pleine d’enthousiasme. Cependant, la troisième section revient encore à l'intonation de la tristesse et de la tristesse. Les derniers battements sonnant avec un fondu, il semble qu’il n’y ait plus d’espoir de renaissance.

"Autumn Song" (écouter)

"Sur les trois premiers." Bien que novembre appartienne aux mois d’automne, l’hiver est déjà pleinement ressenti. Les gelées sont déjà debout et les arbres sont couverts de givre blanc. Le paysage est magnifique à cette époque de l'année. Le travail commence par une belle mélodie de respiration large qui dessine les grands espaces russes devant le public. Soudain, le calme brise le son lointain des cloches qui s’approchent peu à peu. Il chevauche vivement trois chevaux attelés ensemble. Un joyeux carillon de cloches déplace temporairement l'atmosphère lyrique vers l'arrière-plan. Mais maintenant, les chevaux filèrent et le carillon s'apaisa graduellement. Encore une fois, la première mélodie sonne, semblable à la chanson triste du conducteur.

"Sur le top trois" (écouter)

"Noël". Que faire au moment de Noël? Les filles sont en train de deviner qui est content, il y a une ambiance de fête partout. Dans la rue vont les mummers, qui vont dans la maison et divertissent les propriétaires avec leurs blagues, leurs chansons. Dans sa dernière pièce du cycle, Tchaïkovski a défini Waltz. Les épisodes de cette danse ici se rencontrent vraiment et alternent avec la mélodie principale. La pièce se termine par une célébration solennelle au son d'une valse sereine, lorsque toute la famille et les invités se rassemblent autour d'un sapin de Noël chic.

"Svyatki" (écouter)

Nouvelles versions des "saisons"

Le cycle "The Seasons" s’est avéré être incroyablement populaire parmi les interprètes. C’est pourquoi il existe différents arrangements pour divers instruments et compositions. De nombreux musiciens renommés ont à la fois orchestré la partition du cycle du piano. La version la plus populaire d'Alexander Gauk (1942), qui a été chronométrée pour le 100e anniversaire du compositeur.

Une version intéressante a été présentée au public par Sergei Rytsarev-Abir, qui émerveille les auditeurs avec une orchestration inhabituelle. Ce n’est pas un arrangement habituel pour un orchestre symphonique, dans cette version, on ressent le style de Tchaïkovski, comme s’il le pensait lui-même, en le créant pour l’orchestre. Ces petites pièces sont montrées sur des images vives devant le public. Les chercheurs notent que c’est dans cette version que seul Mikhail Pletnev a réussi à incarner - la logique de la gamme orchestrale. L’auteur a lui-même noté qu’au cours du travail, il était guidé par une règle. Au début, il considérait le cycle de Tchaïkovski uniquement comme une esquisse et, pour être plus précis, comme une transcription au piano d’une œuvre déjà (hypothétiquement) symphonique. Cela lui a permis de jeter un nouveau regard sur l'œuvre et de surmonter l'attachement au piano. À certains moments, il a même dû ajouter quelques mesures d’introduction aux miniatures afin de ne pas détruire le concept de cette idée.

Il est à noter que ce cycle de piano n'a pas de limites dans le temps. Il est connu, apprécié et aimé par les auditeurs et les interprètes de différents pays du monde. Pendant plus d'une décennie, de jeunes musiciens ont été éduqués sur ces pièces simples et compréhensibles, véritables joyaux de la musique classique russe. "The Seasons" est une pièce étonnante qui a un attrait particulier qui n’a pas été perdu pendant toute son existence et qui constitue son principal avantage.

Загрузка...

Laissez Vos Commentaires